Trafic aérien en 2016 : l’IATA parle d’une bonne année

L’Association du transport aérien international (IATA) a publié ses statistiques sur le trafic de passagers pour l’ensemble de l’année 2016, avec une demande en hausse de 6,3% et un coefficient d’occupation record à 80,5%. Quelque 3,7 milliards de passagers ont utilisé l’avion l’année dernière, un nouveau record.

Dans son compte-rendu publié le 2 février 207, l’IATA précise qu’au niveau mondial, le trafic en RPK (revenu passager kilomètre) a gagné l’année dernière 6,3% par rapport à 2015, et 6,0% après rajustement pour l’année bissextile : « ces bons résultats surpassent de beaucoup la croissance annuelle moyenne sur dix ans, qui s’établit à 5, % ». La capacité en SKO (siège kilomètre offert) a augmenté de 6,2% (sans rajustement) par rapport à 2015, de sorte que le coefficient d’occupation a gagné 0,1 point de pourcentage pour atteindre une moyenne record pour l’ensemble de l’année de 80,5 %. L’association souligne que des résultats particulièrement élevés ont été enregistrés en décembre, avec une hausse de la demande de 8,8% plus forte que la croissance de capacité de 6,6%. En 2016, les parts de marché du trafic total de passagers, exprimées en RPK, sont réparties entre les régions comme suit : Asie-Pacifique, 32,9%; Europe, 26,4%; Amérique du Nord, 236 %; Moyen-Orient, 9,6%; Amérique latine, 5,2%; Afrique, 2,2%.

« L’industrie aérienne a connu une bonne année en 2016. La connectivité s’est accrue avec la création de 700 nouvelles routes aériennes. Et une diminution de 44 $ du tarif moyen aller-retour rend les voyages aériens encore plus accessibles », résume Alexandre de Juniac, directeur général et chef de la direction de l’IATA. Ainsi, un nombre record de 3,7 milliards de passagers « se sont rendus à destination en toute sécurité. La demande de billets d’avion continue de s’accroître. Le défi, pour les gouvernements, est de collaborer avec l’industrie pour répondre à cette demande en mettant en place des infrastructures répondant aux besoins de la croissance, des réglementations facilitant la croissance et des taxes qui ne vont pas étouffer la croissance. Si nous y parvenons, nous aurons toute possibilité d’établir une industrie aérienne sûre, sans danger et durable, qui pourra créer plus d’emplois et plus de prospérité », ajoute le dirigeant.

Le trafic de passagers internationaux a augmenté de 6,7% en 2016 par rapport à 2015, une hausse observée dans toutes les régions. La capacité s’est accrue de 6,9% et le taux d’occupation des sièges a perdu 0,2 point de pourcentage pour s’établir à 79,6%. Les transporteurs d’Asie-Pacifique ont enregistré une augmentation de la demande de 8,3% par rapport à 2015, ce qui représente le deuxième taux le plus élevé parmi les régions. Ce rythme de croissance dépasse largement la croissance moyenne sur cinq ans, qui s’élève à 6,9%. La capacité a augmenté de 7,7%, de sorte que le taux d’occupation a gagné 0,4 point de pourcentage pour atteindre 78,6%. Les transporteurs d’Europe affichent une augmentation de 4,8% du trafic international en 2016. La capacité a augmenté de 5,0% et malgré un déclin du taux d’occupation de 0,1 point de pourcentage à 82,8%, ce taux demeure le plus fort parmi toutes les régions. Les transporteurs européens ont profité d’une amélioration de la situation au second semestre de l’année, alors que le nombre de passagers s’est accru selon un taux annuel moyen de 15% depuis juin, compensant largement le léger déclin observé au cours des six premiers mois de 2016.

Les transporteurs du Moyen-Orient sont arrivés au premier rang pour la croissance annuelle du trafic pour une cinquième année consécutive. Le nombre de RPK a augmenté de 11,8%, confirmant la position de la région comme troisième plus grand marché de passagers internationaux. L’augmentation de capacité (13,7%) a encore surpassé la croissance de la demande, de sorte que le taux d’occupation des sièges a perdu 1,3 point de pourcentage pour s’établir à 74,7%. Les transporteurs d’Afrique ont connu leurs meilleurs résultats depuis 2012, avec une croissance de 7,4%. Cette croissance est alimentée par la forte demande sur les routes en provenance et à destination de l’Asie et du Moyen-Orient. La capacité a augmenté exactement au même rythme, de sorte que le taux d’occupation des sièges est demeuré inchangé, à 67,7%.

Les transporteurs d’Amérique du Nord affichent une hausse de la demande de 2,6% en 2016. La majeure partie de cette croissance est survenue au deuxième trimestre, et le trafic a été à son plus fort sur les routes du Pacifique. Par contraste, l’activité en Atlantique Nord a été à peu près inchangée. La capacité a augmenté de 3,3%, faisant fléchir de 0,5 point le taux d’occupation des sièges qui s’est établi à 81,3%. Les transporteurs d’Amérique latine ont enregistré une augmentation de trafic de 7,4% en 2016. La capacité a augmenté de 4,8% et le taux d’occupation des sièges a gagné 1,9 point de pourcentage pour atteindre 81,3%. Le trafic international au départ de l’Amérique latine demeure intense, malgré certaines incertitudes économiques et politiques dans le plus grand marché de la région, le Brésil.

Le trafic intérieur a augmenté de 5,7% en 2016. La capacité a augmenté de 5,1% et le taux d’occupation des sièges était de 82,2%, en hausse de 0,5 point de pourcentage par rapport à 2015. Tous les grands marchés, à l’exception du Brésil, ont connu des hausses, mais l’Inde et la Chine se démarquent, avec des augmentations de RPK de 23,3 % et 11,7 % respectivement. Ces marchés ont été stimulés par la création de nouvelles routes et l’accroissement de la fréquence des vols, ce dernier facteur semblant devoir se maintenir en 2017. L’IATA souligne que le Brésil est le seul marché où le trafic intérieur a diminué en 2016 (-5,5%), ce qui reflète la situation économique du pays. Toutefois, les transporteurs ont réussi à améliorer leur taux d’occupation des sièges qui a atteint 80,1%, soit le meilleur taux depuis que l’IATA a commencé à enregistrer cette donnée en 1990.

Les RPK intérieurs représentent environ 36% du marché total. Ce chiffre est plus important pour les compagnies aériennes d’Amérique du Nord où le marché intérieur représente 66% des opérations. En Amérique latine, le trafic intérieur représente 46% des opérations, à cause de l’important marché brésilien. Chez les transporteurs d’Asie-Pacifique, les grands marchés de l’Inde, de la Chine et du Japon font en sorte que le trafic intérieur représente 45% des opérations dans la région. Le marché intérieur est moins important en Europe et dans la majeure partie de l’Afrique où la proportion n’est que de 11% et 14% des opérations, respectivement. Et il est négligeable chez les transporteurs du Moyen-Orient, ne comptant que pour 4% des opérations.

Le bilan selon le PDG de l’IATA: « Notre liberté d’établir des liaisons aériennes est un facteur de prospérité et d’enrichissement de la société. Cette liberté ne trouve sa pleine expression que si les gouvernements facilitent le mouvement des personnes et des biens. La sécurité et la compétitivité, évidemment, doivent demeurer les priorités des gouvernements. Et les quatre milliards de personnes qui voyageront par avion cette année nous procurent l’occasion de construire un monde encore meilleur, grâces aux incidences positives de la mondialisation – la compréhension mutuelle, l’innovation et les possibilités d’affaires, entres autres. L’aviation est une entreprise de liberté. Et nous devons défendre ses avantages sociaux et économiques contre les obstacles aux voyages et les visées protectionnistes ». (Air Journal, image : screenshot flightradar)

QUELQUES SERVICES PROJETS NOUS SUIVRE
 
 
0 membre(s) en ligne, 0 invité(s) en ligne.

Il y a eu au total :
12 vues de cette page
57944 vues du site

Newslettter :